•  
  •  
 

Abstract

En 1940, à l’aide d’un dispositif de monstration complexe, le pavillon de l’Albanie de l’exposition coloniale de Naples propose, pour la première fois, une lecture italienne et fasciste du passé de ce pays balkanique, en évoquant des raisons d’ordre culturel et géographique : son identité « romaine », son positionnement à 71 km des côtes italiennes et ses richesses archéologiques. À partir de ce cas inédit, l’article tâche à questionner la nature des productions artistiques conçues pour ce projet idéologique, à analyser les discours historiques produits autour du mythe de l’Albanie romaine et fasciste et à décrypter les stratégies visuelles employées dans le pavillon napolitain.

Share

COinS
 
 

To view the content in your browser, please download Adobe Reader or, alternately,
you may Download the file to your hard drive.

NOTE: The latest versions of Adobe Reader do not support viewing PDF files within Firefox on Mac OS and if you are using a modern (Intel) Mac, there is no official plugin for viewing PDF files within the browser window.